jeudi 23 février 2012

Notre avis sur la PS Vita

Après plus de 24 heures d'usage intensif de la PS Vita, nous voici en mesure de dresser un bilan. Notre avis n'a pas valeur de review technique, mais plutôt de feeling en tant qu'utilisateur, selon nos attentes. D'ailleurs, peut-on vraiment porter un avis en toute objectivité? Certains sont plus 3DS, certains plus iPhone/iPad, après tout tout dépend des goûts et des orientations de chacun.

Afin de vous donner une échelle sur nos attentes et orientations, nous sommes plutôt ce qu'on appelle des "gamers". Il n'est pas question de faire dans l'élitisme ou d'opposer les joueurs, mais disons que pour commencer, un "vrai" jeu se doit de se faire avec un pad et des boutons à notre avis. Exit donc les jeux smartphones super sympathiques pour certains, mais qui demeureront toujours forcément moins complets ou ambitieux. Concernant le cas de la 3DS, même si nous sommes fans du Nintendo du passé, force est de constater que la machine nous a laissés un peu sur notre faim. La faute à des licences qui ne nous font plus rêver, à l'absence de second stick analogique, la 3D gadget qui pique rapidement les yeux et enfin à un hardware qui nous semble limite par rapport à la génération passée.

Encore une fois, il ne s'agit pas d'un jugement de valeurs, chaque machine possédant ses qualités et ses défauts. Nos orientations étant posées, faisons face au postulat de départ. Et il est le même que pour la PSP: Sony veut en faire une PS3 portable comme sa petite soeur devait être une PS2 portable. Ceci est très important et conditionnera pour ainsi dire votre choix, ce qui n'est pas anodin. Car je lis souvent comme critiques que la PSP, ou la Vita, ne proposent pas de jeux qui se démarquent totalement des expériences consoles. Cette critique est assez vraie (quoique) mais il faut savoir ce que l'on veut. Pour mon petit cas personnel, j'ai de moins en moins de temps de jouer dans le salon, étant nomade et ayant des obligations familiales.

A partir de ce constat simple et sans doute partagé par beaucoup de trentenaires, la politique de Sony en matière portable (ou transportable devrait-on dire) me convient parfaitement. Pour aller même plus loin, je souhaite que la PS Vita se retrouve avec la quasi intégralité du catalogue PS3. Comme ça, à moi le choix de prendre la version salon ou nomade d'un même titre. J'ai bien conscience que mon cas est isolé et influera grandement sur le reste de l'article. Et pourtant.

Comme la PSP a vu son catalogue grossir grâce aux jeux PSOne, j'imagine dans mes rêves les plus fous la même chose avec le catalogue PS2 sur la Vita. Quel bonheur de refaire des Onimusha, Metal Gear Solid, Devil May Cry, Shadow of The Colossus et autres titres de légende au creux de ses mains. Voilà donc où j'en suis, voilà ce que j'attend de la PS Vita. Maintenant, que propose-t-elle?

Si vous avez jeté un oeil à nos premières vidéos, vous aurez certainement déjà pu vous faire une idée de la machine, découvert l'OS qui l'anime et la qualité des premiers jeux. Ces premières heures intenses de découverte confortent nos bonnes premières impressions.



Je suis assez bluffé par l'intégration de tout l'univers Sony dans la machine. On rentre nos identifiants PSN comme on rentrerait un identifiant iTunes dans une machine Apple, et tout se synchronise directement. On retrouve notre profil, nos trophées et même nos achats PSP qui sont prêts à être rebasculés sur Vita. Niveau trophées justement, pour ceux qui aiment ça, on peut choisir de n'afficher que les trophées Vita, ou alors de fusionner les deux. Très pratique. 

Cette partie communautaire est d'ailleurs assez soignée puisqu'on retrouve notre liste d'amis et on peut voir en temps réel s'ils sont sur PS3 ou PS Vita, et à quoi ils jouent. On a même à présent accès à un journal d'activités détaillant quand ils ont lancé un jeu pour la première fois, quelles démos ils ont acheté, etc. Cette partie communautaire fait plaisir à voir car les fans du PSN peuvent à présent l'emporter partout, modèle 3G ou pas puisque le partage Wifi de nos smartphones permettra de prendre le relais. Je ne m'étalerai pas sur Facebook ou Twitter, mais ces deux réseaux sociaux sont bel et bien présents sous forme d'applications.

En véritable petit couteau Suisse, la Vita propose le traditionnel navigateur Internet, ici largement retravaillé par rapport à l'immonde mouture PSP. L'écran 5 pouces et le clavier virtuel léché permettent vraiment une expérience utilisateur très confortable. J'irai même plus loin en affirmant que ce clavier virtuel est l'un des meilleurs qu'il m'ait été donné de voir depuis celui du Samsung Galaxy Note, de l'iPhone ou de Windows Phone 7. D'ailleurs, l'expérience tactile d'une manière générale est une franche réussite. On fait ce qu'on veut du bout du doigt et le pinch to zoom fonctionne aussi bien que sur les smartphones dernière génération.

L'OS épaule le tout de fort belle manière, avec des menus bien pensés et une navigation intuitive. Ici aussi je vous renvoie à nos vidéos pour mieux cerner son fonctionnement.



Si je ne faisais pas partie des malades du PlayStation Store sur PSP, le fabuleux écran OLED de la PS Vita change la donne. Louer des films dans le très riche catalogue de Sony prend enfin du sens, surtout que les prix sont très compétitifs. Au niveau des jeux également le catalogue se rempli assez vite puisque outre l'intégralité des jeux dématérialisés PSP, on retrouve déjà quasiment tous les jeux vita boîte dans le nuage. Gageons que les jeux PSOne seront adaptés pour tourner également sur Vita, car pour l'instant ce n'est pas le cas.

Le lecteur musical et vidéo me semblent plus anecdotiques, pour la simple et bonne raison que je pense que la plupart des utilisateurs possèdent déjà iPod, MP3 ou smartphone. J'imagine moins facilement me balader avec ma Vita à la main comme lecteur MP3 mais sachez que c'est possible, les lecteurs intégrés faisant bien le job. Le son est excellent au casque, même meilleur que sur un iPod (ce qui n'est pas très difficile me diront certains) et la qualité des vidéos est elle aussi bluffante. Attention pour ces dernières: il faudra passer par la case conversion car la Vita n'est que MP4 friendly.

D'ailleurs, puisqu'on aborde le sujet, c'est ici le véritable point noir de la portable de Sony. Il faut passer par le logiciel propriétaire ou par la PS3 pour gérer son contenu. Quand comme moi on s'en tape de mettre des musiques ou vidéos sur sa portable, la vie est belle, par contre pour les autres ça risque d'être un peu plus lourdingue même si le content manager est étonnamment bien foutu. Les seules fois où je connecte ma Vita, c'est pour faire une copie de sauvegarde de mes sauvegardes de jeux. D'ailleurs, la PS Vita va plus loin puisqu'à la manière de Time Machine Mac ou iPhone, elle propose de sauvegarder son appareil pour une restauration ultérieure en cas de pépin. Pratique.

Toutefois, je suis prêt à parier une partie de ma retraite que ce mode de fonctionnement va rapidement sauter via mise à jour firmware et que la Vita fera stockage de masse, au moins pour les sauvegardes et l'audio/vidéo. Pour le reste, je doute que l'on ait droit à plus d'ouverture, Sony craignant à juste titre le piratage, véritable fléau de la PSP première du nom.

Côté autonomie, agréable surprise une nouvelle fois. En désactivant le bluetooth et avec la luminosité et le son réglés à moitié, nous avons pu atteindre Tairon dans Ninja Gaiden Sigma Plus. Pour ceux qui ne connaîtraient pas le jeu, ça représente environ 3 heures. Ajoutez à cela qu'on a pu se balader tranquillement dans les menus (notamment pour les vidéos Ashrama), tester toutes les applis (dont Near qui géolocalise) et télécharger deux démos. L'autonomie est donc comprise entre 3 et 5 heures selon votre utilisation, ce qui est un véritable tour de force au vu du hardware embarqué et par rapport à la concurrence (la 3DS pour ne citer qu'elle). Soyez donc rassurés les gamers Parisiens: vous pourrez tranquillement jouer dans le RER à l'aller et au retour et même pendant la pause déjeuner sans devoir emporter votre chargeur.



Mais alors, quels sont les défauts de la bête? Bizarrement à part les quelques points évoqués il n'y en a pas vraiment de flagrant. C'est presque le sans-faute. Je dis presque car pour chipoter je pourrais vous parler des deux capteurs optiques, à oublier vraiment pour vos photos tant la qualité est en-deçà de ce que l'on peut trouver sur smartphones ou à fortiori sur des APN dédiés. Heureusement, Sony a eu la bonne idée d'inclure une fonction capture d'écran qui se déclenche en pressant la touche Home (le logo PlayStation) et start.

Je pourrais aussi trouver à redire sur les boutons, un poil petits et placés très (trop?) près des sticks anaologiques mais j'ai réussi à m'y faire après plusieurs heures et pourtant j'ai des mains de bûcheron. Les sticks qui ne sont justement pas "clicables" comme sur PS3, sans doute pour des raisons de fiabilité. Et question fiabilité, ou solidité plutôt (car pour la fiabilité nous verrons sur le long terme), la console nous semble bien finie. Le port cartouche est très (trop) bien protégé, les boutons de volume sont bien placés et solides et la touche marche/arrêt abandonne enfin la glissière de la PSP que l'on avait tendance à activer sans arrêt par inadvertance. Pour être mesquins, on aurait souhaité que Sony adopte de l'USB standard pour recharger/connecter sa console, mais ça l'aurait empêché de vendre des prises au format propriétaire. Idem pour la carte mémoire.


Sans doute est-ce le prix à payer pour avoir une telle machine proposée à un tel prix. Car oui, je le redis: la PS Vita n'est pas chère. Entendons-nous bien: j'ai la notion de l'argent, étant classe moyenne comme la plupart d'entre vous et quand je dis qu'elle n'est pas chère il faut placer ça en regard de ce qu'elle propose et a dans les entrailles. Pour être pragmatiques, la PS Vita c'est le prix de 4 cartouches de clopes, c'est la moitié du prix d'entrée d'un iPad, c'est le prix d'un entretien Renault et c'est presque 3 fois moins cher que la PlayStation 3 à sa sortie. Oui ces exemples sont ridicules mais servent à accepter la facture.


Comme je le disais en introduction, tout dépend de ce que vous cherchez et attendez d'une telle console. Sans doute est-elle destinée à un marché de niche, perdue entre la force de frappe d'iOS d'un côté et la domination sans partage de Nintendo de l'autre côté. Toujours est-il que si elle rencontre le même succès que la PSP au final, son catalogue aura le mérite d'être riche et plein de petites perles. Nous sommes à la croisée des chemins et il sera intéréssant de voir quel avenir sera fait à cette machine. C'est une vision entière du jeu vidéo qui se joue ici. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ajoute un commentaire éclairé. Ou Pas.